Notre Histoire

Au cours des 38 dernières années, TC Transcontinental a prospéré.

Pourquoi? Parce que nous avons su innover, nous transformer et cultiver nos valeurs en cours de route. Chez TC Transcontinental, nous aimons les défis. Grâce à notre approche rigoureuse, les nombreuses tempêtes que nous avons traversées – deux récessions, la consolidation de l'industrie et la mondialisation — nous ont rendus plus forts. Nous relevons maintenant le défi de la révolution technologique.

Rémi Marcoux Fondateur et administrateur du conseil

Rémi Marcoux
Fondateur et administrateur du conseil

Nous avons constamment évolué pour rester proches de nos clients, et nous avons travaillé en partenariat avec eux pour assurer leur réussite. Nous avons fait cela à la façon TC Transcontinental, en équipe, en traçant notre propre voie. Nous avons toujours pris des décisions en tenant compte du long terme, tout en livrant des résultats chaque trimestre. Le changement nous a amenés à prendre des risques, à faire des essais, à apprendre de nos erreurs, à nous questionner et à explorer de nouvelles réalités.

Nos débuts et notre croissance
Dès nos débuts, nous avons connu la croissance parce que nous cherchions sans cesse à anticiper les besoins de nos clients. Initialement, cela signifiait proposer aux clients des services de conception, d'impression et de distribution, avec une offre unique et une seule facture. Cela leur facilitait la vie, en leur permettant de publier leur contenu et de toucher plus efficacement leurs publics.  Nous avions appelé cela le « service total ». Puis nous avons été les premiers à spécialiser nos imprimeries, à une époque où le modèle d'affaires courant consistait à utiliser des presses capables d'imprimer tous les produits. Ce fut le début de notre parcours d'innovation technologique, en équipant notre première imprimerie de presses permettant d'imprimer des circulaires en quatre couleurs, dans différents formats et sur du papier de qualité.

Nous avons ensuite identifié une occasion d'affaires et créé un réseau de distribution porte-à-porte partout au Québec. En plus d'être un imprimeur réputé, nous sommes ainsi devenus un distributeur prospère. La crédibilité que nous avions acquise comme imprimeur a constitué un facteur déterminant pour convaincre nos clients de nous confier la distribution de leurs imprimés. Nous avons ensuite fait l'acquisition du journal Les Affaires, puis de plusieurs journaux locaux et magazines destinés aux consommateurs. Nous sommes donc devenus un imprimeur, un distributeur et un éditeur.

Nous avons suivi nos clients à l'extérieur du Québec en développant nos capacités d'impression de circulaires et de journaux au Canada, tout d'abord en Ontario, grâce à Transcontinental Brampton. Cette décision a été prise durant une profonde récession, à une époque où les taux d'intérêt atteignaient plus de 20 %. Comme l'entreprise était déjà endettée, nous avons vendu un hebdomadaire à Laval – que nous avons racheté depuis – et les trois fondateurs ont personnellement pris de grands risques financiers pour réaliser cette expansion. En collaborant avec un investisseur qui avait manifesté une confiance absolue à notre égard, nous avons complété le financement et réussi.

Plus tard, nous avons étendus nos activités ailleurs en Amérique du Nord, en mettant l'accent sur des niches présentant un potentiel de croissance élevé, dans lesquelles nous avions démontré notre expertise au Canada.  Depuis, nous avons mis en œuvre une stratégie de consolidation de nos activités d'impression centrée sur le Canada. Plus récemment, en 2008, nous avons diversifié nos activités en développant le secteur Interactif par l'entremise de plusieurs acquisitions. Aujourd'hui, les revenus de nos activités numériques et interactives atteignent près de 175 millions de dollars. Nous sommes l'un des plus grands groupes de solutions numériques et de contenu interactif au Canada avec environ 1000 employés.

La différence TC
À ce jour, plusieurs de nos réalisations ont été le résultat d'initiatives couronnées de succès, menées par différentes composantes de l'entreprise. Cela nous a aidés collectivement à aller de l'avant. Aujourd'hui, nous transformons notre approche en un projet collectif global.

Isabelle Marcoux Présidente du conseil d'administration, Transcontinental inc

Isabelle Marcoux
Présidente du conseil d'administration, Transcontinental inc.

Nous formons une équipe disciplinée et déterminée qui veut réussir. Nous savons que notre réussite dépend du succès de nos clients et que leurs victoires sont les nôtres.

Non seulement les clients sont prêts pour le changement, mais ils le demandent. Une stratégie intégrée qui fonctionne bien fera en sorte que l'entreprise poursuive sa croissance. Grâce à notre offre unique centrée sur le client, qui combine solutions de masse et solutions sur mesure, grâce aussi à notre talent hors-pair en développement de contenu, à notre solide expertise et à nos outils de diffusion fonctionnant sur plusieurs plateformes de communication, nous sommes véritablement en mesure d'aider nos clients à attirer, à joindre et à fidéliser leurs consommateurs cibles. Dans le contexte des changements qui se produisent sans cesse dans les dynamiques de marché, nous restons souples pour trouver les occasions d'affaires les plus prometteuses afin d'assurer une croissance rentable et durable.

Ce que nous réserve l'avenir
Grâce à notre équipe talentueuse, nous tirerons parti des excellentes relations que nous entretenons avec nos clients, en conservant toujours une longueur d'avance dans le marché. Nous continuerons d'innover et d'investir dans notre avenir. Nos clients veulent profiter de ce qui fonctionne aujourd'hui et, chez TC Transcontinental, nous pouvons relever ce défi en leur fournissant des solutions efficaces, qui font partie de notre offre intégrée d'activation marketing. Voilà pourquoi nos clients s'appuient sur notre solide équipe, pour livrer des solutions enracinées dans le présent – dans ce qui fonctionne maintenant – pendant que nous gardons les yeux grands ouverts sur un avenir stimulant.

Une croissance constante

L'essor de Transcontinental vers les premiers rangs de l'industrie nord-américaine des communications se caractérise par une croissance constante, des acquisitions stratégiques et un développement interne continu.

Voici quelques-uns des jalons les plus marquants
de l'histoire de Transcontinental.

1976
Transcontinental voit le jour

Rémi Marcoux et ses partenaires, Claude Dubois et André Kingsley, acquièrent Imprimerie Trans-Continental, une compagnie d'impression située à Saint-Laurent, en banlieue de Montréal, qui connaît des difficultés. Spécialisée en impression de circulaires, l'entreprise emploie 100 personnes et génère des revenus de 2,9 millions de dollars à son premier exercice.

Revenus : 2,9 millions de dollars    |    Employés : 100
1978

L'entreprise se dote d'un deuxième secteur d'activité avec la création de Les Messageries Publi-Maison, un distributeur de porte en porte de circulaires. L'entreprise adopte un nouveau nom : Groupe Transcontinental G.T.C. Ltée.

Revenus : 4,2 millions de dollars    |    Employés : 130
L'entreprise adopte un nouveau nom:
Groupe Transcontinental G.T.C. Ltée.
1979

Publications Transcontinental voit le jour avec l'acquisition du journal hebdomadaire Les Affaires et le magazine SIC (maintenant Affaires PLUS).

Revenus : 18 millions de dollars    |    Employés : 200
1982

Transcontinental fait sa première incursion hors du Québec en ouvrant une imprimerie de circulaires à Brampton, en Ontario. Le secteur de l'édition continue aussi sa croissance avec l'acquisition de Revue Commerce, un magazine d'affaires publié par la Chambre de commerce de Montréal depuis 1896.

Revenus : 37,4 millions de dollars    |    Employés : 260
1984

Le 29 octobre, Transcontinental fait son entrée à la Bourse de Montréal.

Revenus : 82,7 millions de dollars    |    Employés : 569
1985

Transcontinental inscrit son titre à la Bourse de Toronto. L'entreprise diversifie ses activités en impression par l'acquisition des deux usines Transmag de Montréal, une entreprise spécialisée dans l'impression de journaux et de produits commerciaux. L'entreprise accroît également ses activités hors du Québec en acquérant Perry Graphics à Calgary.

Revenus : 107,6 millions de dollars    |    Employés : 987
1986

Année importante pour Transcontinental. Les renommés Publi-Sac et Publi-Lobby voient le jour et révolutionnent la distribution de circulaires. Publications Transcontinental fait une percée hors du Québec avec l'acquisition de The Hockey News. Les activités d'impression s'accroissent à la faveur de l'acquisition de Miami Valley Publishing Company, située à Dayton, Ohio, marquant ainsi les premiers pas de Transcontinental aux États-Unis.

Revenus : 167,3 millions de dollars    |    Employés : 1 580
1988

La division d'édition de livres Éditions Transcontinental voit le jour. Publications Transcontinental acquiert une participation majoritaire dans Éditions du Feu Vert, éditeurs de Décormag et Le Bel Âge, et achète le magazine PME ainsi que le journal Constructo.

Revenus : 326 millions de dollars    |    Employés : 2 650
1989

Le portefeuille de Publications Transcontinental s'enrichit de divers titres, dont Santé et le magazine Good Times.

Revenus : 366,4 millions de dollars    |    Employés : 3 200
1991

Transcontinental déménage son imprimerie de circulaires de Brampton dans de nouvelles installations de pointe.

Revenus : 413,5 millions de dollars    |    Employés : 3 220
1992

Transcontinental devient le principal imprimeur commercial au Canada avec l'acquisition de la division d'impression commerciale de Southam, ce qui constituait alors la plus importante transaction de l'entreprise au cours de ses 16 premières années d'existence.

Revenus : 544,6 millions de dollars    |    Employés : 4 676
Transcontinental devient
le principal imprimeur commercial au Canada
1993

L'entreprise diversifie de nouveau ses activités par l'acquisition d'une participation majoritaire dans Disque Améric. Avec son partenaire européen Moulage Plastique de l'Ouest, Disque Améric deviendra le principal fabricant indépendant de disques compacts au monde avant que Transcontinental ne se départisse de son intérêt dans l'entreprise en 2001. L'année 1993 est aussi marquée par l'acquisition de Litho Acme, une entreprise d'impression sur presses à feuilles reconnue pour sa qualité incomparable.

Revenus : 638,2 millions de dollars    |    Employés : 6 157
1995

Transcontinental multiplie les acquisitions. L'entreprise accède au secteur québécois des journaux locaux et régionaux en achetant 20 hebdomadaires de Télémédia publiés dans la région du Grand Montréal. Les activités d'impression s'enrichissent à la faveur de l'acquisition de Yorkville Printing, de Bergman Graphics en Ontario, ainsi que d'imprimerie Ross-Ellis et de Métrolitho au Québec.

Revenus : 960 millions de dollars    |    Employés : 7 068
1996

Transcontinental acquiert Publications Dumont de Cogeco, ce qui ajoute 32 journaux locaux et régionaux publiés en Ontario et au Québec à son portefeuille, dont 17 dans la région de Montréal. L'entreprise acquiert aussi 50 % de CEDROM-SNi, une firme montréalaise spécialisée en diffusion électronique d'information.

Revenus : 1 milliard de dollars    |    Employés : 6 993
Transcontinental ajoute 32 journaux à son portefeuille
1998

¡Hola México! Transcontinental s'étend vers le Sud grâce à une participation majoritaire dans Refosa, la principale imprimerie de circulaires au Mexique, rapidement renommée Impresora Transcontinental de México. L'entreprise poursuit aussi ses acquisitions stratégiques au nord de la frontière. Dans le domaine de l'impression, cela englobe Imprimerie Interweb, Interweb Ontario, LGM Graphics, Spot Graphics, Bayweb, Prescom et Impressions des Associés. Dans le domaine de l'édition, Transcontinental acquiert Hockey Business News, Journal économique et Preview Sports Publications (huit titres annuels). En 1998,Transcontinental adopte sa nouvelle signature d'entreprise.

logo

Revenus : 1,3 milliard de dollars    |    Employés : 8 954
1999

Les activités de Transcontinental dans l'industrie de l'édition s'accroissent à la faveur d'acquisitions telles que Investment Executive, ainsi que de sept titres de Plesman Communication, dont Computing Canada et Direction informatique. Transcontinental s'engage dans le développement de sites Internet pour y porter le contenu de ses magazines et journaux, et donne le coup d'envoi à Publisac.ca. Enfin, les activités de marketing direct démarrent aux États-Unis avec l'acquisition de Spectra Graphics et Newtown à Philadelphie.

Revenus : 1,5 milliard de dollars    |    Employés : 9 130
2000

Transcontinental effectue la transaction la plus importante de son histoire à ce jour en acquérant la division d'édition de magazines de Télémédia. Onze grands titres viennent enrichir le portefeuille de l'entreprise, dont Canadian Living, TV Guide, Coup de Pouce et Elle Québec. L'acquisition entraîne la création de Médias Transcontinental, qui regroupe les activités d'édition et de distribution de l'entreprise.

Revenus : 1,7 milliard de dollars    |    Employés : 11 431
2001

Transcontinental acquiert des hebdomadaires du Groupe Unimédia et la plupart des journaux hebdomadaires de Gesca. Son portefeuille s'enrichit de 18 journaux et de six périodiques. La Société consolide ainsi sa position comme premier éditeur de journaux locaux et régionaux au Québec et accède au second rang au Canada.

Certains lancements notables marquent l'année. Mentionnons celui du magazine Elle Canada, du quotidien Métro (en partenariat avec la firme suédoise Métro International S.A. et Gesca, qui publie le quotidien La Presse) et du portail d'information financière et économique en langue française lesaffaires.com.

Revenus : 1,8 milliard de dollars    |    Employés : 10 367
2002

Transcontinental réalise une autre acquisition majeure. La Société obtient 12 journaux locaux et régionaux de CanWest Global Communications, publiés dans les quatre provinces de l'Atlantique et en Saskatchewan, ainsi que 32 publications connexes. Il s'agit de sa première percée dans l'édition de quotidiens. Quelque 900 nouveaux employés se joignent à l'équipe de Médias Transcontinental.

Transcontinental acquiert aussi Éditions Versicolores, éditeurs des magazines Fleurs, Plantes et Jardins et Spécialités Terre à Terre, ainsi que le Ottawa Business Journal.

Revenus : 1,8 milliard de dollars    |    Employés : 11 750
2003

Transcontinental franchit un pas de géant en marketing direct aux États-Unis avec l'acquisition de CC3, une dynamique entreprise disposant d'un réseau de huit installations en Pennsylvanie, en Californie et au Texas. La plus importante transaction pour ce qui est des revenus d'une entreprise acquise.

Revenus : 1,9 milliard de dollars    |    Employés : 11 266
Acquisition de CC3 une dynamique entreprise
disposant d'un réseau de huit installations.
2004

L'acquisition de l'imprimeur et éditeur Optipress enrichit le portefeuille de Médias Transcontinental de 25 journaux hebdomadaires et bihebdomadaires dans les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador, de la Nouvelle-Écosse, de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick. La transaction assure la position de Transcontinental comme principal éditeur de journaux locaux et régionaux dans les Provinces atlantiques.

Médias Transcontinental consolide aussi son portefeuille de magazines destinés aux consommateurs à la faveur de l'acquisition d'Avid Media, éditeur de titres respectés comme Canadian Gardening, Canadian Home and Country, Canadian Workshop et Outdoor Canada.

Revenus : 2,05 milliards de dollars    |    Employés : 13 130
2005

Transcontinental double sa capacité de production en marketing direct aux États-Unis en faisant l'acquisition de JDM, Inc. Cette transaction porte la capacité de production de Transcontinental Direct U.S.A. à plus de cinq milliards de pièces de publipostage direct par année. Transcontinental Interweb Toronto obtient le contrat d'impression du prestigieux quotidien The New York Times pour l'Ontario et les régions de Buffalo et de Rochester, dans l'État de New York.

Revenus : 2,2 milliards de dollars    |    Employés : 14 476
2006

L'entreprise fait son entrée dans un segment à fort potentiel de croissance du monde de l'édition en acquérant Chenelière Éducation, le plus grand éditeur d'ouvrages pédagogiques en français au Canada.

Transcontinental signe une entente de 15 ans pour imprimer le San Francisco Chronicle, propriété de Hearst Corporation.

Le secteur des médias développe ses activités numériques.

Transcontinental inaugure sa nouvelle usine de Transcontinental Gagné, à Louiseville.

Revenus : 2,2 milliards de dollars    |    Employés : 14 476
2007

Transcontinental poursuit sa croissance en faisant l'acquisition de plusieurs publications, entre autres The Springhill-Parrsboro Record, en Nouvelle-Écosse, le Seaway News, en Ontario, et The Oxbow Herald, en Saskatchewan. Une division destinée à prendre en charge le développement du modèle d'impartition de l'impression de journaux en Amérique du Nord est créée. L'entreprise lance de plus Transcontinental Custom Communications, en partenariat avec l'agence britannique Seven Squared, afin d'offrir des services d'édition sur mesure. Transcontinental réalise une percée dans le marché du marketing direct au Canada en se portant acquéreur de PLM Group, quatrième plus important imprimeur au Canada dont le principal créneau d'activité vise les produits et services de marketing direct.

Revenus : 2,3 milliards de dollars    |    Employés : 15 000
2008

Transcontinental annonce l'obtention d'un contrat de 1,7 milliard de dollars visant l'impression du Globe and Mail jusqu'en 2028 dans la plupart de ses principaux marchés au Canada. Transcontinental signe de plus deux contrats exclusifs de six ans pour l'impression de l'ensemble du portefeuille de magazines de Rogers. La Société acquiert par ailleurs Rastar, une société de marketing direct par bases de données, Acquizition.biz, la plus grande plateforme Internet d'achat et de vente d'entreprises au Canada, ThinData inc., un leader canadien du marketing direct interactif par courriel préautorisé, et Redwood Custom Communications, un chef de file nord-américain de l'édition sur mesure.

Revenus : 2,4 milliards de dollars    |    Employés : 15 000
2009

Transcontinental acquiert Conversys inc., premier fournisseur canadien de publication en ligne spécialisé en transformation intégrée de matériel imprimé (circulaires et catalogues) en contenu Internet enrichi, interactif, convivial et harmonisé à la marque sur l'ensemble des canaux. Transcontinental mérite la triple certification de traçabilité des produits forestiers dans ses 45 installations au Canada et aux États-Unis. En Californie, l'usine de Fremont est inaugurée. Celle-ci est équipée des plus récentes technologies et permet le début de l'impression et de la distribution du San Franscico Chronicle pour donner suite au contrat obtenu avec Hearst Corporation en 2006.

Revenus : 2,3 milliards de dollars    |    Employés : 12 500
2010

Transcontinental acquiert LIPSO, un chef de file canadien de solutions intégrées utilisant la technologie mobile, et Vortex Mobile, un fournisseur de solutions marketing mobile conçues pour fidéliser les consommateurs. La Société lance ou acquiert six journaux hebdomadaires et leurs sites Internet. Le secteur des médias lance une maison de représentation publicitaire numérique pour augmenter son offre aux annonceurs. Le site de prémagasinage en ligne publisac.ca est rafraîchi et sa version anglaise dealstreet.ca est lancée, ainsi que PREMIUM, le premier bookzine de langue française au Canada. Transcontinental présente son premier Rapport sur le développement durable couvrant les activités de 2009. L'application mobile The Hockey News dépasse le cap du million d'utilisateurs, la plaçant ainsi parmi les applications mobiles les plus téléchargées au Canada. En février 2010, l'entreprise vend par ailleurs l'ensemble de ses activités de publipostage aux États-Unis.

Revenus : 2,1 milliards de dollars    |    Employés : 10 500
2011

Transcontinental double son offre de service marketing auprès de Canadian Tire et devient son principal fournisseur de solutions marketing à travers le Canada. La Société confirme son engagement en matière de développement durable avec la parution de son deuxième Rapport sur le développement durable. De plus, Transcontinental figure, pour une cinquième année consécutive, parmi les 50 entreprises citoyennes canadiennes de l'année selon Corporate Knights. Le Canadian Booksellers Association choisit Imprimeries Transcontinental comme partenaire d'impression numérique pour la diffusion de livres numériques auprès des librairies en ligne. Du côté des médias, le secteur triple l'audience de son réseau numérique en moins d'un an et rejoint dorénavant 13 millions de visiteurs uniques par mois. Médias Transcontinental acquiert également des actifs d'édition, tant pour l'imprimé que pour les sites Internet, de plusieurs hebdomadaires, dont le Groupe Le Canada Français. Par ailleurs, Imprimeries Transcontinental a fait part de son intention d'acquérir la totalité des actions de Quad Graphics Canada, et s'est départie en septembre de ses actifs au Mexique. Finalement, les secteurs interactif et des médias fusionnent afin de poursuive la progression de l'entreprise qui combine stratégiquement ses activités numériques et ses solutions de marketing interactif.

Revenus : 2,0 milliards de dollars    |    Employés : 10 000
Transcontinental devient TC Transcontinental
2012

Isabelle Marcoux devient présidente du conseil d'administration de Transcontinental inc.
Une page d'histoire de l'entreprise est ainsi tournée avec la passation des pouvoirs du fondateur Rémi Marcoux à sa fille. M. Marcoux demeure toutefois membre du conseil d'administration à titre d'administrateur. Une autre étape importante est de plus franchie du côté des usines avec la conclusion de la transaction d'acquisition des actions de Quad/Graphics Canada inc. et l'annonce de la vente des actifs des imprimeries de livres de Louiseville et de Sherbrooke. TC Transcontinental renouvelle et élargit aussi six ententes pluriannuelles évaluées à plus de 1,5 milliard de dollars en revenus avec d'importants clients du secteur de la vente, prolonge ses contrats d'impression de produits marketing et de magazines de Rogers jusqu'en 2019 pour un montant allant jusqu'à 250 millions de dollars et lance le plus grand encart promotionnel conçu au Canada. Pour sa part, TC Media devient l'unique propriétaire du journal Métro Montréal, en plus d'acquérir Les Éditions Caractère, grand leader du marché du livre parascolaire au Québec, de créer une maison de production télévisuelle, de développer plusieurs applications mobiles dont celle de la toute nouvelle solution de paiement à distance pour Stationnement Montréal – P$ Services mobile et de lancer la version mobile des sites web de plus de 160 quotidiens, hebdomadaires et partenaires indépendants.

Revenus : 2,1 milliards de dollars    |    Employés : 9 500
2013

TC Media acquiert Groupe Modulo, un joueur-clé dans le marché francophone de l'édition pédagogique au pays, du préscolaire à l'universitaire. Ted Markle est nommé à la présidence de TC Media. Le fondateur Rémi Marcoux et TC Transcontinental remettent également un don de 2,5 millions de dollars à la campagne de financement de HEC Montréal pour la création du Parcours entrepreneurial Rémi-Marcoux. Lancement du magazine VÉRO en septembre, avec 130 000 exemplaires vendus en kiosque. Entente de cinq ans, entre TC Imprimeries Transcontinental et Postmedia, pour imprimer le Calgary Herald, dès novembre 2013, et le Vancouver Sun, dès novembre 2015. Par ailleurs, TC Media a fait part, en décembre, de son intention d'acheter les 74 hebdomadaires de Sun Media et les propriétés web qui s'y rattachent (en attente d'autorisation du Bureau de la concurrence du Canada). Cette transaction comprend de plus une entente parallèle avec Québecor Média visant à imprimer, dès février 2014, certains de ses magazines et documents de marketing direct.

Revenus : 2,1 milliards de dollars    |    Employés : plus de 9 000
Création de TC Emballages Transcontinental
2014

Conclusion de deux acquisitions pour TC Transcontinental en 2014. D'une part, les actifs de Capri Packaging, un fournisseur d'emballages souples, aux États-Unis, s'avérant une importante action stratégique pour positionner la Société dans un nouvel axe de croissance prometteur. D'autre part, l'achat confirmé par le Bureau de la concurrence des 74 journaux hebdomadaires au Québec de Corporation Sun Media permettant à TC Transcontinental de poursuivre le développement de son offre locale de médias multiplateformes. Aussi, signature d'une autre entente de plusieurs années avec Postmedia, cette fois-ci pour l'impression du journal The Gazette. TC Imprimeries Transcontinental vend également ses actifs de Rastar, aux États-Unis. TC Media lance le Marché canadien de programmatique, le plus important réseau publicitaire de marques, dans le domaine des médias programmatiques au Canada.

Revenus : à venir le 31 octobre 2014 Employés : plus de 9 000