Les spécialistes de l'infographie et de la production savent qu'il y a beaucoup à apprendre sur le papier afin d'obtenir le meilleur rapport qualité-prix. Une bonne façon de commencer cet apprentissage consiste à décortiquer les types de papier de base, leurs caractéristiques et leurs utilisations.

À l'état naturel, le papier est non couché. Bien que certaines catégories de papier peuvent être utilisées telles quelles (papier journal, offset,…), certains préfèrent une des deux transformations possibles :

  • papier supercalandré
  • papier couché

Papier journal

Le papier journal demeure le choix numéro un de la plupart des éditeurs de journaux parce qu'il combine faible prix et grande ré­sistance. Il s'agit d'un papier non couché offrant une blancheur moyenne de 56, une teinte domi­nante blanc cassé et se compose principalement de pâte de bois. Il possède en outre la capacité de recevoir des encres de quadrichro­mie, assurant une qualité finale qui satisfait les besoins de la plupart des annonceurs dans les journaux.

Papier offset

Le papier offset est un papier non couché dont la blancheur moyenne se situe entre 88 et 94. Il présente une rigidité raisonnable, une bonne opacité et une surface lisse qui assurent d'excellents ré­sultats dans les grands tirages. En­viro 100, un exemple de papier de cette catégorie, est un papier recyclé à 100 % qui contient des fibres après consommation provenant de pâte désencrée. Il détient également la certification FSC.

Papier supercalandré (SNC/SCB/SCA/SCA+/SCA++)

Une des techniques adoptées pour faciliter l'impression du papier consiste à utiliser des rouleaux en acier (également appelés calandres) pour appliquer de la pression et de la chaleur sur le papier. Les calandres peuvent être appliquées à chaud ou à froid, selon la texture souhaitée. Plus le papier passe à travers des calandres, plus il devient fin et brillant. Le papier SNC passe habituellement au travers de deux séries de calandres et présente un degré de brillance de 63. Le papier SCA+ et SCA++ passe au travers de cinq séries de calandres ou plus, atteignant ainsi un degré de brillance pouvant aller jusqu'à 73. Une tendance actuelle favorise l'utilisation de papier supercalandré (p. ex. SCB+) pour imprimer les sections spéciales insérées à l'intérieur d'un journal.

Le procédé de supercalandrage

(Cliquez pour agrandir)

 

Papier couché

Près de 40 % du papier utilisé pour l'impression et l'écriture est couché. Le papier couché est divisé en deux sous-catégories : papier couché de pâte mécanique et papier fin couché. Dans les deux cas, le papier de base est couché  avec des pigments de latex pour lui donner certaines propriétés. Cette opération transforme la surface rugueuse et macroporeuse du papier en une surface plus uniforme de façon à améliorer certaines caractéristiques (la brillance, par exemple) et la qualité d'impression finale. Une fois le couchage terminé, les calandres sont utilisées pour reproduire les caractéristiques de la surface (fini) sur le papier. Le fini peut être brillant, mat ou satiné.  

Pour en apprendre davantage sur les types de papier, contactez-nous.