Il y a quatre principales étapes à suivre dans la production d'un projet imprimé. Elles sont présentées ci-dessous :

1- Conception : élaborer un plan de gestion de projet et définir les objectifs, l'étendue du projet, la conception et le cadre de travail. C'est probablement l'étape qui vous est la plus familière. Il s'agit de concevoir un plan de projet, et vous auriez avantage à intégrer au sein de ce processus votre imprimeur et d'autres fournisseurs comme les spécialistes de l'emballage et de la gestion des commandes. À titre d'exemple, vous voudrez vous assurer que toutes les étapes (à partir des dimensions du produit jusqu'à la sélection du papier) sont parfaitement adaptées à l'équipement que votre imprimeur utilisera et à l'utilisation finale des matériaux. Les erreurs peuvent être coûteuses, tant sur le plan esthétique que financier. Même les questions liées aux commandes, à l'entreposage et à la distribution ne peuvent être négligées si vous voulez réduire les coûts et optimiser vos résultats. Tous ces aspects doivent faire partie de la discussion au même titre que des tâches comme le développement créatif et l'exécution de la campagne.

2- Prémédia : processus et procédures qui se produisent entre la conception du projet et la fabrication finale du produit, communément appelé le prépresse dans le jargon de l'impression. Cette étape est de plus en plus partagée entre le client et l'imprimeur. Savoir créer des fichiers PDF exempts d'erreurs et prêts à l'impression et apprendre à calibrer vos moniteurs et imprimantes vous permettra d'économiser temps et argent, sans nécessairement vous surcharger avec de nouvelles responsabilités.

Selon le type de presse utilisé, le flux prépresse pourrait comprendre les étapes suivantes :

  • La création de contenu est l'étape durant laquelle on doit envisager la géométrie de la page, les caractéristiques des images, la gestion des couleurs, les illustrations, le texte et les paramètres de transparence, entre autres facteurs, en fonction de la presse employée pour imprimer le produit final.
  • La création du PDF (Portable Document Format) consiste à générer, à l'aide du logiciel Adobe Acrobat, tous les éléments d'un fichier de dessin sous forme d'image électronique que l'on peut visualiser, partager et, finalement, imprimer sous forme de fichier CMJN sur presque tous les appareils d'impression. Le format PDF, qui utilise le langage de description de page PostScript, se transfère très facilement d'une plateforme informatique à l'autre. Comme il repose sur des normes ouvertes de partage de documents, le PDF est devenu le format standard de l'industrie.
  • Le transfert des fichiers à l'imprimeur.
  • Le raffinage des fichiers, consiste à visualiser les fichiers en amont, à remplir les vides et à optimiser les couleurs. Lors du contrôle en amont, on vérifie qu'aucun élément du fichier ne risque de nuire à son impression.
  • La révision des fichiers se fait au moyen d'épreuves qui utilisent les profils de l'industrie et les pratiques exemplaires de gestion des couleurs pour prévoir les couleurs exactes que donnera l'impression. L'imprimeur peut soumettre une épreuve virtuelle ou sur support pour l'approbation du client.
  • L'imposition, réfère à l'ordonnancement des pages avant l'impression de sorte qu'elles suivent l'ordre voulu une fois pliées. Le nombre de pages, leurs dimensions et la technique de reliure déterminent la méthode d'imposition.
  • Les épreuves d'imposition sont vérifiées par le client.
  • La gravure de plaques consiste à graver une image sur une plaque d'aluminium qui transfère les pages imposées à la presse, laquelle les transfère au papier. Les imprimeurs doivent créer quatre plaques par image (une par couleur CMJN). 

3- Presses : machines de production qui correspondent à deux grandes catégories :

  • machines à système de plaques (lithographie, flexographie et héliogravure)
  • machines à système sans plaques (presses à impression numérique)

 Voici un aperçu des principaux procédés utilisés de nos jours :

  • Source : Colorimétrie : étude de la couleur http://www.colorimetrie.be/details_cours_59.htm 

    Lithographie :  Il s'agit du procédé d'impression le plus utilisé. Il inclut les presses à feuilles et les presses rotatives.  Ces presses, également connues sous le l'appelation «offset», sont munies de trois cylindres (plaque, blanchet et impression) et de systèmes d'encrage et de mouillage. Le cylindre porte-plaque entre d'abord en contact avec le rouleau de mouillage, puis avec le rouleau encreur. Le rouleau de mouillage imprègne la plaque de sorte que les surfaces non imprimantes repoussent l'encre. L'image encrée est transférée (offset) du blanchet en caoutchouc au papier ou tout autre support pour être ensuite imprimée lorsqu'elle passe entre le blanchet et les cylindres d'impression. L'impression offset produit une image nette, sans effet de relief ou de bords dentelés, caractéristiques propres à la flexographie et à la gravure, entre autres.

    Utilisations : On utilise la lithographie pour imprimer toute une variété de produits, comme les livres, les magazines, les catalogues, les journaux, les circulaires, les brochures, les boîtes pliantes, les affiches et les reproductions d'œuvres d'art. Le choix de la presse rotative ou à feuilles dépend de divers facteurs, dont le tirage, les dimensions du produit et le support.
     
  • Source: CERIG : EFPG : un siècle d'innovations http://cerig.pagora.grenoble-inp.fr/dossier/EFPG-innovations/page21.htm
    Flexographie : Il s'agit d'un procédé d'impression rotatif qui utilise des plaques en caoutchouc souple ou en photopolymère résilient, un solvant à durcissement rapide, des encres aqueuses ou UV. Les presses flexographiques sont alimentées par trois types de cylindres : cylindre de contre-pression superposé, en ligne et central. Un des avantages de la flexographie est sa capacité d'imprimer sur presque n'importe quel type de support. Elle peut imprimer de grandes surfaces de couleurs solides avec une haute brillance et un aspect verni.

    Utilisations : Ce procédé convient à une vaste gamme de produits allant du papier de toilette imprimé aux sacs, en passant par les étiquettes adhésives et les emballages flexibles tels que les sacs de croustilles. On l'utilise aussi pour imprimer des matériaux tels que le carton ondulé, la cellophane, le polyéthylène et d'autres pellicules de plastique.
  • Héliogravure http://aleph2at.free.fr/index.php?art=309

    Gravure : Ce procédé consiste à graver l'image sur le cylindre d'une presse rotative, qui sert de cylindre porte-cliché. Les recoins sont remplis d'encre et les parties en relief (zone non imprimante) de la plaque ou du cylindre sont essuyées ou grattées pour enlever l'encre et en laisser seulement dans les recoins. Le papier ou tout autre support utilisé est ensuite pressé contre la plaque encrée ou le cylindre, puis l'image est transférée au papier. Ce procédé peut produire des images fines et détaillées, et il peut être utilisé pour les grands ou petits tirages. Comme il peut déposer plus d'encre sur le papier comparativement à d'autres procédés, il est reconnu pour son écart de densités exceptionnel. Par contre, son coût d'utilisation est considérablement plus élevé que les autres procédés d'impression.

    Utilisations : Le procédé d'impression par gravure peut servir à imprimer les journaux, les magazines, les catalogues, les reproductions d'œuvres d'art et de photographies, les timbres-poste, les emballages de papier cannelé et les composants électroniques imprimés.
  • Impression numérique : Cette catégorie permet de créer des images directement sur une presse sans plaques. Parmi les méthodes les plus populaires, mentionnons les imprimantes à jet d'encre et à laser, qui déposent le pigment ou l'encre en poudre sur une grande variété de supports, notamment le papier, la toile, le papier photographique, le verre, le métal, le marbre et de nombreux autres matériaux. Le grand avantage des systèmes d'impression numérique est que bon nombre d'entre eux permettent de créer du texte et des images variables sur chaque pièce, pour une personnalisation individuelle et un plus grand taux de réponse. L'impression numérique élimine de nombreuses étapes du procédé prémédia, nécessite de très courts tirages et convient parfaitement aux services à la demande. Toutefois, elle présente des limites de dimension et de volume.

    Utilisations : L'impression numérique est utilisée pour les livres, manuels, publications spécialisées, articles de publipostage, étiquettes, relevés de facturation promotionnels, coupons, photos, albums de photos, albums de finissants, estampes, menus, brochures, papier à lettre, cartes de visite, cartes de souhaits et petits panneaux de signalisation.

4- Finition : La leçon la plus importante que l'on puisse tirer est probablement que la décision que vous prenez dans le processus de planification peut avoir une incidence importante sur la finition. Bien des choses entrent en jeu ici : l'assemblage, la reliure, le rognage, l'insertion, le découpage à l'emporte-pièce, l'ajout d'un rabat sur la couverture, la personnalisation, l'application d'éléments incitatifs et l'emballage. Toutes les décisions concernant la conception influencent le coût et l'apparence de votre produit.

Pour en apprendre davantage sur la chaîne de production graphique, contactez-nous.